Plan de viabilité hivernale

L’hiver pointe le bout de son nez et comme chaque année les service techniques de la CAPI s’organisent pour parer aux diverses éventualités météorologiques.

Le Plan de Viabilité Hivernale est en place du 10 novembre 2023 au 15 mars 2024.

Le dispositif

Durant les mois d’hiver, un dispositif d’astreinte est mis en place. Celui-ci tourne toutes les semaines (du vendredi au vendredi). Nos équipes assurent le patrouillage de nuit et l’astreinte de décision.

Des camions équipés de lames à neige et de saleuses sont toujours prêts à partir avec un chauffeur et un ripeur. Chaque véhicule a son circuit pré-établi, ses plans comportant des axes prioritaires et secondaires, avec un ordre de passage et de priorité (sur les grands axes et les voies empruntées par les bus).

Il se décline de manière allégée en début et fin de saison avec 1 seul camion. Un mécanicien participe également et peut être appelé à tout moment.

Un stock de sel de 400 tonnes maximum est à disposition.

Durant la journée, de 8h à 18h non-stop, le service voirie assure le déneigement ou le salage en cas d’intempéries.

Chaque véhicule et matériel (chargeur, camions, lames, saleuses, centrale à saumure…) est vérifié chaque vendredi par les chauffeurs et les mécaniciens du garage.

Tous les agents des services techniques de la CAPI sont susceptibles de participer aux astreintes de déneigement sur la base du volontariat.

Le périmètre d’intervention

Le périmètre d’intervention de nos services s’étend sur les communes de Vaulx-Milieu, Villefontaine, Saint-Quentin-Fallavier, sous convention avec la CAPI, et les Zones d’Activité Economique du côté Ouest du territoire (comme la ZAE de Chesnes).

Cette année uniquement, nous participons à la viabilité hivernale de la commune de La Verpillière en mettant à disposition un chauffeur PL,  1 semaine sur 2 par le biais d’une convention de mise à disposition de service.

Côté Est, les ZAE sont déneigées par les communes pour notre compte.

Les autres communes déneigent leurs voies communales. Le Médipôle est traité par la commune de Bourgoin-Jallieu. Le Département de l’Isère déneige quant à lui les routes départementales.

Qui fait quoi ?

Le salage et/ou le déneigement (suivant les intempéries, gel, verglas, pluies verglassantes, neige…) se font uniquement sur les voiries communautaires et communales des villes sous convention les plus proches des services techniques (et les plus urbanisées).

Le patrouilleur suit la météo (trois sources différentes dont météo-France pro, la plus mauvaise météo sera retenue par principe de précaution), il aura la maitrise de ses patrouilles et du choix de faire partir ou non, un ou plusieurs véhicules. Quoi qu’il arrive, il a la responsabilité finale du démarrage des opérations, de 18h au lendemain 8h. Durant la journée, le responsable voirie prend cette charge.

Les agents d’astreinte : par équipage, les actions se répartissent entre le chauffeur et le ripeur. Un principe évident de sécurité impose aussi qu’il y ait deux personnes par véhicule en cas de problème (ce qui arrive).

Le ripeur suit les cartes et fait office de co-pilote, charge en sel, aide aux différentes manœuvres et guidages de nuit, aide à la pose des chaines si besoin, répond aux appels pour instructions/vérifications du patrouilleur… Il assure tout ce qui est annexe et qui permettra au chauffeur d’être serein dans ses actions et sa conduite.

Le chauffeur a la responsabilité de conduire de nuit et sous intempérie, un poids lourd équipé d’une lame et d’une saleuse qui augmentent encore l’empâtement du véhicule. Il doit de plus, gérer ses rotations en fonction de son autonomie en saumure et tout l’automatisme de régulation de la saleuse, en même temps que la gestion de sa lame à neige. Il est responsable de sa conduite et de son véhicule.

Notre équipement

  • Un récepteur d’alerte « type bip » est distribué aux agents pour le déclenchement du patrouilleur ;
  • 4 camions, tous équipés de lames et de saleuses (plus un camion « mulet » de remplacement, en cas de maintenance, de très grosses intempéries ou de casse) ;
  • 1 véhicule de patrouille équipé ;
  • 1 centrale à saumure pour la transformation du sel ;
  • 1 chargeur sur pneus ;
  • 1 tractopelle ;
  • 1 abri à sel d’une capacité de 400 tonnes.

Photo: Benoît Gillardeau.

puce Actualités à la une